flex office 1

Le “travail à distance”, “télétravail”, “home-office”, appelons-le comme vous voulez, s’est imposé. C’est un fait. Plus qu’une tendance de crise, c’est résolument devenu un mode de travail. Et il est fort à parier que cette évolution va rester dans les usages. En effet, le télétravail est perçu par une majorité comme meilleur que le “ tout bureau ”.

Le télétravail devenu un standard sous la contrainte

Le travail à distance est devenu en quelques mois un véritable enjeu stratégique pour les entreprises. À date, les choses sont  ”simples” . En effet, le 100% télétravail est imposé légalement. Enfin, presque. Aujourd’hui, il est demandé de “réduire au maximum le temps de présence sur site des salariés qui peuvent télétravailler”. Mais une fois cette crise sanitaire passée, les entreprises auront à choisir leur stratégie de travail de distance. Et à ce sujet, nous recommandons la lecture de l’excellent eBook de Neo-Nomade.

100% bureau ou 100% télétravail, où placer le curseur ?

Du 100% bureau “on ne change rien et tout le monde reste au bureau“, au 100% télétravail “on rend les clefs et on oublie la ligne de charges loyers“, il y a un dosage à déterminer !
Et la variante fondamentale de ce “dosage”, c’est le nombre de jours de télétravail par semaine.

Entre ces 2 extrêmes que peu choisiront sans doute, la stratégie de Flex Work  nous semble être la plus prometteuse à terme.

Un avenir pour le Flex Work ?

Le “Flex Work” laisse au collaborateur la liberté de choisir son rythme de télétravail et d’organiser sa semaine. C’est à lui de choisir, où il place son curseur ! Nous sommes convaincus de la pertinence de cette approche.

  • Tout d’abord, la stratégie Flex Work repose sur la confiance. Et c’est la valeur la plus fondamentale attachée au travail à distance.
  • Ensuite parce que cette stratégie répond au mieux aux attentes des collaborateurs, entendez par là aux diverses attentes des différents collaborateurs.
    En effet, entre Simon qui dit “ne pas supporter le télétravail et se sentir totalement improductif chez lui après 24H de télétravail” et Luisa qui dit “avoir triplé sa productivité en travaillant à temps plein de chez elle”, figer le nombre de jours de home office et “contraindre tous azimut” ne paraît pas toujours être la stratégie la plus adaptée.

En conséquence, la stratégie Flex Work a de grandes chances de créer plus d’engagement collaborateur.

Quel impact immobilier pour votre stratégie de Flex Office ?

Au-delà de choisir où placer le curseur dans votre entreprise, et comment mettre tout ça en place, ce qui nous intéresse ici c’est son impact sur l’immobilier.

Une étude récente de l’IEIF estime que 2,2 jours de télétravail en moyenne implique une baisse de 36% de la surface de bureau.

Partant de ce constat, on pourrait se dire : “on baisse la surface des bureaux de 36%” pour “économiser 36% de loyers”. Sauf que, ce n’est pas si simple que ça en a l’air. Compte tenu du cadre légal général relatif aux baux et aux aménagements que chaque changement immobilier implique, l’idée d’économie de départ risque vite de ne plus en être une à l’arrivée. Autant le savoir tout de suite.

De plus, réduire le temps de travail au bureau crée, en dépit des évolutions managériales et individuelles mises en œuvre et des outils déployés, un déficit en interactions et en collaboration. Et cela, seul le lieu de travail pourra le compenser.

Quel devenir pour vos bureaux en entreprise ?

On l’a écrit plus haut : le télétravail, généralisé sous la contrainte, a de grandes chances de s’imposer une fois la crise sanitaire passée. Assurément, pour la grande majorité, le télétravail est une réussite parce qu’à la maison on travaille mieux seul qu’au bureau, tout en restant connecté aux autres. Mais, nous pensons aussi que venir au bureau restera dans les habitudes car c’est là que l’on continuera de travailler mieux avec les autres.

Dans ce cadre, nous pensons que l’immobilier d’entreprise doit devenir un espace de collaboration géant car nous viendrons travailler au bureau pour collaborer avec les autres, pour voir les autres. Comme vous l’aurez compris, nous considérons davantage l’impact du télétravail sur l’immobilier en terme de réallocation de m² individuels à des m² collectifs, qu’en terme de réduction stricto sensu des m² de bureaux. Elle est là pour nous la condition ! La condition à ce que la marque entreprise reste, que l’engagement et la productivité soient au maximum et meilleurs qu’avant la mise en œuvre du travail à distance, et d’une stratégie de flex-office ou flex-work.

team work flex office

Quoiqu’il en soit, le choix du nombre de jours de home office aura des conséquences importantes sur la stratégie immobilière de l’entreprise, car il n’y a plus de sens à maintenir un bureau individuel affecté à un collaborateur qui ne sera plus présent à temps plein sur site.

Conclusion ? En vue d’une forte hausse du taux de télétravail, le taux des espaces dédiés à la collaboration en entreprise doit augmenter. Et le taux de postes fixes de travail dans les locaux va diminuer. Donc Flex Working ou pas, vous devez envisager le Flex Office. CQFD.

Télétravail ➡️ Flex Working ➡️ Flex Office ?

Le bureau individuel est une forme de « monument » à la gloire de chaque collaborateur.  

Ah le “Flex Office”… Ce terme que chacun chuchotait sans vraiment oser le dire avant la crise sanitaire. Car oui, dans l’imaginaire collectif, perdre son bureau, c’est un peu perdre sa place, son empreinte, son morceau de chez soi dans l’entreprise. Qui va à la chasse perd sa place, nous a-t-on trop répété 🙂 Mais cette vision est aujourd’hui dépassée.


Parler de bureau individuel attitré sera dans quelques années sans doute aussi « has been » que d’avoir son nom sur sa place de parking. Ceci étant dit, tout comme le flex working implique des changements sur l’ordre managérial, le flex office nécessite le déploiement d’outils pour les collaborateurs.

Quel outils choisir pour le Flex Office ?

Ne plus avoir un bureau affecté va devenir la norme. Mais cela ne signifie en aucune manière qu’il sera normal de ne pas avoir de bureau en arrivant le matin.

Venir pour travailler avec les autres, ne signifie pas non plus venir et passer sa journée en salle de réunion.  Vous le savez, on combat le réunionite chez Wipple

Il reste essentiel que le collaborateur dispose d’un espace individuel quand il arrive dans l’entreprise, quelle que soit la fréquence de ses venues. Peu importe qu’il y passe seulement 2 heures dans toute sa journée ou même dans sa semaine. Fournir un espace de travail individuel est un impératif, un intangible, un invariant au même titre que maintenir au collaborateur son badge d’accès à l’entreprise. 

flex office

Certains outils permettent en outre de piloter le flex office au sein des organisations. En quelques clics, le collaborateur peut réserver son bureau, une salle de réunion ou déclarer sa journée de home office depuis le web ou via son smartphone.

Dans une stratégie Digital Workplace, on peut coupler ces solutions logicielles à des capteurs par exemple.

Bref ! Quand vous aurez passé toutes les étapes de la mise en place du Flex Office, il sera fondamental de ne pas vous tromper sur le bon outil de réservation de poste de travail ou le bon outil d’occupation de poste de travail car c’est très exactement ce qui pourrait (du moins en partie) ruiner tout ce que vous avez mis en place auparavant.

Si vous êtes à ce stade, contactez-nous pour y voir plus clair ! Nos experts sont là pour vous aider et vous conseiller !

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] nous l’évoquions dans notre précédent article, la mise en place du télétravail a un impact direct sur la stratégie immobilière. Plus le […]

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *