Les neurosciences, la clé de votre productivité en entreprise ?

Si je vous dis que vous pouvez multiplier votre productivité en utilisant différemment votre propre cerveau… Plutôt tentant, non ? Laissez-moi vous expliquer comment !
Notre cerveau est composé de 100 milliards de neurones, ce n’est donc pas étonnant qu’on ait un peu de mal à l’utiliser de manière 100% efficace. Heureusement, grâce aux neurosciences, nous arrivons petit à petit à mieux comprendre son fonctionnement. Et c’est tellement utile que même les professionnels du management s’intéressent aux neurosciences pour améliorer la productivité de leurs équipes. Et alors, comment font-ils ?

Ce chien se demande comment multiplier sa productivité par 7

Les quatre cerveaux (ou la partie trop sérieuse de mon article)

Une notion très connue dans le domaine du développement personnel est celle des quatre cerveaux. Vous avez sûrement déjà entendu parler de l’hémisphère droit et gauche du cerveau ;au moins lors de vos cours de sciences au collège (ça date, je sais).
Une autre classification diviserait* notre cerveau en quatre parties, remplissant des fonctions différentes mais complémentaires. Ces parties sont les suivantes : l’hémisphère gauche, l’hémisphère droit, le cerveau médian et le cervelet.

*On écrit « diviserait », parce qu’évidemment tous les scientifiques ne sont pas d’accord sur le sujet. Mais si on attendait qu’ils le soient, on ne pourrait jamais parler de sujets scientifiques… Alors on se lance !

L’hémisphère gauche

L’hémisphère gauche du cerveau est la partie la plus rationnelle. C’est elle qu’on utilise lorsque nous faisons des calculs ou établissons des faits. Lorsque vous cherchez à atteindre un objectif, c’est cet hémisphère qui va vous aider à lister les caractéristiques de votre objectif et les étapes pour y arriver. Il va vous aider à établir un objectif précis.
Si votre objectif est d’améliorer vos ventes de x%, votre hémisphère gauche vous permettra d’envisager les étapes à suivre, les actions à mener pour y arriver. Par exemple, il vous dira que la dernière action de promotion vous a permis d’augmenter les ventes de 20% et que la réalisation d’une telle action pourrait aujourd’hui vous aider à atteindre votre objectif d’autant.

L’hémisphère droit

L’hémisphère droit quant à lui est l’hémisphère des émotions. Il va vous permettre de ressentir la joie, les sentiments d’accomplissement et de réussite qui peuvent être liés à l’accomplissement de votre objectif. Et oui, c’est lui qui vous encourage à courir 1km de plus en évoquant la fierté que vous éprouverait ! Après, moi je dis ça… Mon cerveau droit doit se cacher quelque part lorsque je me mets à courir.

L'hémisphère droit de mon cerveau quand je cherche la motivation pour courir plus longtemps

Plus sérieusement, lors d’une réunion d’idéation, votre hémisphère droit va vous motiver en vous faisant ressentir le sentiment de fierté que vous auriez si vous trouviez LA solution pour améliorer votre offre.

Le cerveau médian

Le cerveau médian vous permet de visualiser mentalement une situation. Lorsque vous aurez atteint votre objectif, comment serez-vous ? Comment sera votre environnement ? Imaginez chacun des détails que vous avez listés grâce à l’hémisphère gauche de votre cerveau.
Pour reprendre mon exemple précédent, le cerveau médian va vous aider à visualiser votre situation si vous parvenez à trouver cette idée révolutionnaire. Est-ce que votre entreprise aura une position de leader, voire d’influenceur sur le marché ? A titre personnel, aurait-vous une promotion qui vous permettra d’exercer un poste à la hauteur de votre ambition ?

Le cervelet

Enfin, le cervelet vous permet d’avoir la sensation de vivre une situation. Elle utilise beaucoup notre ouïe, notre odorat et notre toucher. Il permettra de ressentir de manière plus réaliste telle ou telle situation.
Le cervelet peut être plus difficile à utiliser dans un cadre professionnel. Mais il peut vous permettre de visualiser des choses moins évidentes comme la vue de vos nouveaux bureaux lorsque votre entreprise aura investi dans de beaux bureaux au cœur de Paris, à la suite d’un succès fulgurant.

Prêt à utiliser TOUT votre cerveau ?

Alors maintenant vous pensez sûrement « c’est bien joli de savoir tout ça mais à quoi ça sert ? ». Et bien lorsque l’on utilise les quatre parties de notre cerveau, on a sept fois plus de chances d’atteindre nos objectifs. Et croyez-moi, sept fois, c’est déjà beaucoup !
Pourquoi ? Parce que notre cerveau ne fait pas la différence entre quelque chose de réel et quelque chose imaginé de toute pièce. C’est aussi simple que ça. Notre cerveau est capable de beaucoup de choses mais lorsque nous imaginons manger un gâteau au chocolat, nous salivons tous. Même si nous savons très bien que cela ne va pas arriver. Cette confusion fonctionne pour tout. Si vous imaginez réaliser votre objectif en utilisant les quatre parties de votre cerveau, celui-ci fera tout pour y arriver. Il va adopter une posture créative pour vous permettre de trouver les solutions à votre problème. Au contraire, si vous n’arrivez pas à imaginer votre réussite, votre cerveau trouvera toutes les bonnes raisons du monde pour vous dire que ça ne fonctionnera pas. Il considérera cet objectif comme non-crédible puisque vous ne serez même pas capable de le visualiser correctement.

Comment le visualiser ? Inspirez-vous des grands créateurs et de leurs mood board, ou planches de tendance. Soyez créatifs (si vous avez besoin d’aide pour ça, on a quelques solutions pour le moins surprenantes). Prenez une grande feuille blanche et écrivez-y votre objectif, clairement et simplement. Et pour les plus visuels, vous pouvez y ajouter des photos ou des citations. Tout ce qu’il vous faut pour rappeler à votre cerveau à quoi ressemble votre objectif.

Devenez aussi ambitieux que les plus grands créateurs

Comment utiliser cette méthode lors de vos réunions ?

Cette étude plus approfondie du fonctionnement du cerveau révèle beaucoup de faiblesses de nos méthodes managériales en entreprise. Combien de fois vous a-t-on demandé de réaliser une mission sans vous expliquer l’objectif final ?
Les neurosciences nous prouvent que cela est totalement contre-productive (on s’en doutait un peu, et pourtant). Afin de travailler correctement, nous avons besoin de connaitre quelle est la finalité, dans toute sa globalité et complexité. Nous devons la visualiser, l’imaginer.
Par exemple si on vous demande de créer une présentation PowerPoint sur l’évolution du résultat de la boîte pour hier. Si vous ne savez pas à qui est destinée cette présentation, quelle en sera l’usage ou encore quelle sera la durée de la réunion, vous allez tourner en rond et rendre un résultat moins pertinent.

D’autant plus que le cerveau a tendance à effacer les informations qui ne lui semblent pas importantes ou utiles. Il est donc essentiel de rappeler les objectifs à court et long termes, avant même de délivrer des informations ou d’assigner des missions. La prochaine fois que vous animerez une réunion, pensez-y ! Avant même de présenter quoi que ce soit, présentez et expliquez quels sont les objectifs. Si la réunion porte sur la mise en place d’un nouveau support de SAV, identifiez les avantages que cela aura à plus ou moins long terme.

Les neurosciences prouvent également que le rôle du manager est avant tout de donner envie. Il doit créer du désir, procurer des émotions. Il doit convaincre son équipe que cet objectif est aussi leur objectif. Chacun doit se l’approprier afin que les objectifs individuels deviennent collectifs. C’est lorsqu’on aura réussi à transformer ces intérêts individuels en intérêts collectifs qu’on saura avoir des réunions efficaces… et collaboratives ! Ça tombe bien, on s’y connait plutôt bien en collaboration chez Wipple 😉

3 réponses
  1. Colin
    Colin dit :

    “Mais si on attendait qu’ils le soient, on ne pourrait jamais parler de sujets scientifiques”.
    Si si vous pourriez en parler 🙂 Simplement vous ne pourriez pas parler “scientifiquement” de sujets scientifiques.

    La “science” à la côte dans les entreprises comme façon de “démontrer” la qualité de tel ou tel service/communication/produit… malheureusement c’est aussi une des choses qui la décrédibilise : son utilisation dans des contextes commerciaux. Bien sûr “neuroscience” et “7 fois”, ça fait solide, ça fait crédible, ça fait vrai. Mais dans votre article ce 7 fois n’est pas sourcé ni expliqué. De même “les neurosciences prouvent également que le rôle du manager est avant tout de donner envie” est une affirmation très très puissante qu’on ne peut faire à la légère !!

    Faut il laisser la science aux scientifique et la techno à Wipple ? Non, on devrait tous s’intéresser à la science. Par contre la dévoyer pour attirer le prospect… est-ce éthique ? Il y a pourtant de superbes articles de vulgarisation à faire sur le sujet 🙂

    Tout le monde n’a pas la chance d’avoir une culture scientifique, par contre tout le monde ou presque connaît le mot “neuroscience”. Il est probable que certaines personnes en lisant cet article le prenne pour argent comptant et lui imagine une valeur scientifique. Il est trompeur d’y mêler des termes comme “neuroscience”, “étude approfondie”, “prouvent”… Une bonne dose de conditionnel serait d’ailleurs très utile dans certaines parties !

    Ah et puis… être efficace à 100% et améliorer la productivité… si on laissait ça aux robots pour valoriser la place de la rêverie et des moments inefficaces ?

    Répondre
    • Marie Cim
      Marie Cim dit :

      Bonjour Colin,

      Je vous remercie pour votre commentaire très pertinent.
      En effet, la science est de plus en plus utilisée (et utile) dans beaucoup de domaines. Le management en fait partie.
      Nous ne prétendons pas être des scientifiques, et encore moins des neuroscientifiques. Et je m’excuse si c’est l’impression que cet article renvoie.
      Nous cherchons simplement à rendre plus concrets ces concepts afin de les appliquer au quotidien d’une entreprise. Nous cherchons à développer des outils et des méthodes afin d’améliorer la productivité et la collaboration en entreprise, dans le but de créer une véritable intelligence collective.
      Et nous pensons donc qu’il est important de baser notre réflexion sur des faits et non sur ce que nous “pensons” être bon pour l’entreprise. C’est pourquoi nous avons tenté de vulgariser ce concept des 4 cerveaux (également utilisé en développement personnel).

      A propos de la statistique “7 fois plus productif”, nous n’avons pas pu retrouver l’étude à l’origine de ce chiffre. Notre but n’est vraiment pas de véhiculer des informations mensongères, nous l’avons donc enlevé de l’article. Merci pour votre remarque.

      Et en ce qui concerne le 100% d’efficacité, on est tout à fait d’accord pour dire que les moments de rêverie ont leur place en entreprise ! On peut tendre vers une efficacité optimale le temps d’une réunion et laisser la place à la rêverie et à l’imagination l’instant d’après. Être productif, oui. Être productif tout le temps, on est d’accord pour laisser ça aux robots

      Répondre
      • Colin
        Colin dit :

        Bonjour Marie,

        Merci d’avoir pris en compte et répondu en détail à mon commentaire.
        C’est très honnête de votre part d’avoir fait ces corrections.

        Il y a des très bons livres vulgarisés sur la créativité écrit par des chercheurs en psychologie cognitive (comme Nathalie Bonnardel ou Todd Lubart). Peut être que ces livres pourront vous être utile pour de prochains articles ?

        Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *